IMG_1593

     Nous vivons la fin d'un monde fondé il y a peu sur les religions, les fidélités de proximité, les patriotismes ; et aujourd'hui marqué par le consumérisme où les incitations publicitaires nous manipulent au service d'une globalisation économique et culturelle accentuée par les bouleversements technologiques .

 

     Le rapport au sacré a été modifié. La quête du sens auquel faisait suite un automatisme de la réponse fondé sur la religion n'existe plus. A la question : "Pourquoi je suis sur Terre ?", font suite des réponses scientifiques et politiques bien générales. On ne peut plus s'appuyer sur la tradition. Nous sommes en face de nos peurs, ...  et là nous sommes alors convoqués à être en face de nous-même .

     Donner du sens à la vie que l'on mène ne tombe pas sous le sens, car les gens empruntent des rôles. Ils disent qu'ils sont victimes du climat, des autres, de la conjoncture, qu'ils avaient tout pour être heureux et puis que ... Or, notre bonheur et notre malheur nous appartiennent. Nous sommes responsables de notre bonheur et de notre malheur car nous avons l'opportunité de grandir, de croître .

     Nous avons à avancer les yeux ouverts sur le chemin .

     Le sens de la vie, c'est l'amour. On ne peut pas vivre sans amour, cet échange du coeur, cet amour homme/femme, cet amour filial, cet amour entre deux êtres. L'amour est communion. L'amour est relation avec nos semblables, avec les animaux, le végétal, la nature, le cosmos et par nos pratiques religieuses .

     Nous sommes des êtres sociaux, des êtres de relation. Nous avons besoin de donner, de nous éveiller les uns aux autres. Nous sommes là pour nous faire du bien par l'attention portée à l'autre, l'amitié, la compassion, le don .

     Le but de la vie serait-il pas de s'accepter tel que l'on est ? Mais pour celà, il faut le regard de l'autre pour lire dans le regard de l'autre que nous sommes aimables. Aime et tu seras aimé. Nous devons avoir de la tendresse pour nous-même .

     Il y a des gens qui ne voyant qu'au travers de l'optique matérialiste ne se posent pas la question du sens de la vie. "Einstein disait, qu'un être humain qui ne se pose jamais la question du sens de l'existence, qui ne s'intéresse pas au sens de la vie, n'est pas un être humain ."

     Aujourd'hui nous sommes dans un monde où l'idéologie dominante est le consumérisme, où : "Le but de la télévision, comme le disait Patrick Lelay, c'est de rendre les cerveaux dociles !". Le lavage des cerveaux, c'est la publicité .

     Pour contrecarrer cette outrance chosifiante et mortifère, nous avons besoin de nous recentrer sur nos besoins corporels et sensoriels immédiats qui ne peuvent nous tromper quant ils sont reliés à l'amour, à la tendresse, aux sens des choses simples, au spirituel. Nous devons dire oui à la vie. L'essentiel c'est d'apprendre à aimer la vie, et pour celà travailler sur nos blessures .

     Notre chemin de vie est d'aller de la peur à l'amour. Là est notre joie, notre joie d'être, de vivre, d'exister. Mais comme cela est refoulé, c'est en conscience que nous devons conjurer l'ignorance et nous confronter à ce qui est, à l'expérience de tous ces jours qui nous apportent leur lot de surprises. Par la psychothérapie, mais aussi par la méditation et la prière, nous avons à laisser les choses être. C'est par cette astreinte intelligente, et par le ressenti sensoriel, qu'il y a ouverture du coeur .

     Nous avons à beaucoup pleurer en nous plongeant dans le regard d'un petit être, en observant un joli paysage, une oeuvre d'art, ou bien en écoutant une musique et des chants qui parlent au coeur. Là est le sens de la vie. La réponse est soumission à ce qui est, ouverture des sens. La réponse est "joie" .

     Laisser venir à nous les enfants, les petits oiseaux, l'esprit du temps qui passe, et surtout ne fermez jamais la porte. Il ferait alors trop chaud, nous manquerions d'air, l'enfer ne serait alors pas loin, ... alors qu'il y a tant à faire !

 

127