IMG_3292-1je sème à tous vents

  

    L'idéal platonicien d'ordre et d'intelligibilité domine toute la science grecque puis la science classique jusqu'à Einstein, chantre passionné d'une religiosité cosmique.

 

 

Dans l'optique traditionnelle, le désordre est ce qui perturbe un ordre établi. La notion d'ordre est donc première. Elle est d'origine religieuse. L'ordre dans le monde est le reflet de la raison divine ; Dieu est le grand ordonnateur.

L'étude scientifique des états désordonnés nous oblige à reconsidérer la dialectique ordre-désordre et soulève le problème de la complexité qui déborde le cadre proprement scientifique.

La découverte moderne d'un désordre omniprésent oblige à s'interroger sur les bases scientifiques de cette idéologie proprement mythique. Le désordre est d'abord perçu comme une offense à l'ordre naturel.

Cette connotation négative reproduit celle qui entoure l'idée de désordre moral ou de désordre social.

Le désordre n'est-il pas une menace contre la science elle-même qui,  depuis qu'elle existe, s'est acharnée à révéler l'ordre caché des choses ?

La révélation du désordre a quelque chose d'angoissant, car le désordre est incontrôlable. Il convient donc de le refouler et de se rassurer. Pour cela, on affirme que le désordre n'est qu'une apparence et que derrière ce désordre apparent se cache un ordre, un arrière-monde parfaitement ordonné.

    Cette conjonction de l'ordre et du désordre crée la complexité.

L'histoire de l'univers de la vie présente une montée de la complexité, comme Teilhard de Chardin en avait eu l'intuition. On parle maintenant de pyramide de la complexité, de seuils de complexité. Ainsi l'ordre et le désordre, le régulier et l'irrégulier, le prévisible et le non-prévisible, se conjuguent pour créer la complexité.

Dans une structure complexe, l'ordre est dû à l'existence d'interactions entre les éléments alors que le désordre permet de mieux spécifier les constituants du système pour, les ayant nommés, pouvoir ensuite les mettre en interaction. Du coup, dans les systèmes, se fait jour une dialectique entre le tout - l'ensemble du système - et les parties ; ainsi la cellule est plus qu'un agrégat de molécules. Dans le tout émergent des propriétés nouvelles dont sont dépourvues les constituants, les parties.

Le tout est doté d'un dynamisme organisationnel. La vie peut se définir comme un faisceau de qualités émergentes - l'auto-reproduction par exemple -. Elle contient simultanément un élément d'ordre et un élément de désordre dégénératif. En ce sens la mort est inséparable de la vie, et l'organisation du vivant est en fait une réorganisation permanente.

 

108