P1040239

     Il s'agit de passer du "su", de ce que l'on sait, de ce que l'on croit savoir et qu'on interroge plus tant on le connaît - ça fait partie des meubles de l'esprit -, à ce que l'on a réellement "vécu" et ressenti, et expérimenté dans son corps, et dont on ne saurait se départir vu les traces encore inscrites au profond de son être .

Cela est possible par la voie symbolique, caractérisée par une démarche par étapes :

- d'abord décrire comment l'expérience numineuse des individus se traduit et se transpose en symboles ,

- ensuite, voir comment cela devient des dogmes et des articles de foi ,

- puis étudier la fonction psychologique de ces symboles ; en prenant garde à ce que la psychologie analytique ne produise des croyances .


L'expression poétique est une voie privilégiée de cette transformation du "su" en "vécu" qui nécessite une distinction entre deux types d'oeuvre poétique :

-  celle qui provient de l'intention réfléchie de l'auteur ,

- et celle qui s'impose à lui en provenant d'un extérieur à l'auteur, en permettant l'émergence et l'activation d'une image archétypale venue d'ailleurs .

Par l'accueil de l'irraisonné, du subrepticement advenu, de l'incongru, de l'étincelle de présence, par cette aventure consentie, il y a là, matière à élever son destin personnel au niveau du destin de l'humanité, et en même temps de libérer des forces secourables afin que l'humanité échappe aux dangers et puisse surmonter les épreuves difficiles .

L'axiome premier auquel le psychologue doit correspondre est de comprendre le processus. Pour cela la posture est de se contenter d'accompagner la manière dont les individus se confrontent à leur propre flot d'images imaginaires et imaginales .

La manière de se comporter, de s'ajuster, fait forme dans le contact entre l'organisme humain-animal que nous sommes aussi et l'environnement noyé dans le flot des représentations mentales que nous mettons en place .

Le psychologue aura à superviser les individus, qui s'auto-expérimentant eux-mêmes, vont produire personnellement des symboles selon un lien complexe reflètant les coincidences signifiantes de la synchronicité, à l'occasion d'une rencontre avec l'autre, avec un incident, avec une circonstance, dans une conjoncture environnementale .

Et c'est ainsi que les hommes vivent ; en harmonie / disharmonie avec les évènements de leur vie, mais aussi dans le tissage surabondant des données sues, qui ne sont que des leurres proposés pour éloigner leurs peurs, des leurres proposés devant leur propre finitude, afin de maintenir dans l'illusion d'une cachotterie de bazar le grand tourbillon des morts et des renaissances qui nous entraîne vers la redistribution des cartes de l'espoir et du désespoir .

A ce point de non retour de notre parcours de vie, subsistent des éléments de notre passé ; ceux que nous avons intensément vécus, et qu'on ne pourra pas nous retirer . Quand c'est fini c'est fini, affaire classée classé . Et puis le passé n'est pas à refaire, si ce n'est à mettre dans le placard aux souvenirs . Tout retourne au fond . Un fond, calme de prime abord, mais qui n'attend que l'élément perturbateur, l'étrangeté, le germe, pour, convoqué à une situation nouvelle, créer alors l'instant qui éclairera nos nuits .  

  " Avance,

et partant de la grise théorie,

fruit de tes connaissances accumulées,

tu aboutiras, par la mise en abîme du vécu,

au vert de l'arbre de vie ." 

 

097