P1040029

 

   Ne faites plus la guerre .

Soyez sage en vos demandes .

Vous n'avez pas à gagner ou à perdre. Vous avez humblement à être immuable et éternel .

 

Si de bonnes  ou  de mauvaises pensées vous assaillent et que par activisme de la vie, vous tentez d'accumuler plus de bonnes pensées que de mauvaises pensées, afin que la lumière puisse vaincre les forces du mal ; nul doute que votre expérience de la vie s'en trouvera accrue. Mais de ce combat, vous ne recueillerez que des cimetières, avec plein de bonnes et mauvaises personnes ensevelies qui ne feront qu'enrichir votre histoire de l'humanité. On vous rendra les honneurs car vous aurez, par devoir de mémoire, assumé la continuité du passé .

Mais vous, où serez-vous lorsque le vent de l'Histoire aura effacé votre Être ?

                                                                                      

Vous avez à dire : "stop" à ce qui se déroule à votre insu, à l'emballement instinctuel de votre mental, à cette propension que vous avez d'obstruer les canaux d'énergie de votre vitalité profonde .

                                                         

 Alors vous découvrirez le doux relâchement du silence entre les pensées, car il y a une présence entre les pensées, et cette présence nous pouvons la reconnaître car elle est qui nous sommes .

On nous a appris à croire "je pense donc je suis" alors que la vérité est "je suis et, par conséquent, je pense". On nous a appris à suivre la transe des pensées conditionnées fondées sur un passé chargé d'envies et d'aversion .

Peut-on penser la présence ?

Non !

Et cette réponse provoque un relâchement, un soulagement, une libération hors du monde envahissant et illusoire de la pensée . 

Plongés que nous sommes dans le bain existentiel de la vie quotidienne subie, cette quête apparemment insatiable à réinventer continuellemnt le "moi" n'est qu'une pensée à laquelle nous réajoutons une autre pensée reformulée, et puis encore une autre, et ainsi de suite. Jusqu'à ce qu'un "stop" fasse s'écrouler le château de cartes des automatismes régurgiteurs de données autoréfléchies instillées par notre pensée mémoire-perroquet plus apte à enfouir sa tête dans le connu qu'à nous faire contacter ce qui ne peut être pensé, au tout autre, et pourtant si proche de nous, à notre mental confronté au silence .

Ne faîtes rien, accueillez simplement la pensée ou l'émotion qui surgit. Permettez à la détente naturelle, à la vérité naturelle de celui ou celle que vous êtes, de prendre le pas sur la pensée .

Peu importe qui vous vous imaginez être, la vérité de celui ou celle que vous êtes est plus profonde que le rôle que socialement vous assumez .

Devenez l'existence elle-même, devenez cette conscience, cette scène sur laquelle les acteurs agissent, cet écran sur lequel le film de votre vie est projeté, devenez cette force qui vous anime bien au-delà des rôles que vous endosser .

Ici, il ne s'agit pas de ce que vous pourrez devenir un jour mais juste maintenant de ce que vous êtes et avez toujours été. Et ceci passe par la soumission du mental au silence                 .

Soyez vous-même le véritable enseignant vivant en chacun de vous, et qui se révèle dans chaque chose entreprise, que celle-ci soit aussi bien à l'extérieur de vous, immergé que vous êtes dans le bain social qu'à l'intérieur de vous par cette faculté que vous avez de pouvoir dire "stop" à votre mental galopant .

 

92