IMG_0933

     Pour nous, Occidentaux, la dépression, l'anxiété, le stress sont des symptômes physiques. Nous parlons de la fatigue, de la perte ou de la prise de poids, du manque de sommeil, des battements de coeur irréguliers comme s'il s'agissait de manifestations physiques d'un problème mental. Ancrés que nous sommes dans la tradition cartésienne nous établissons une distinction nette entre le "physique" et le "mental". Ces dernières années est apparu le terme de "psychosomatique"  que nous acceptons avec méfiance sans trop savoir ce qu'il recouvre.

Pour les Tibétains et les Chinois c'est plutôt l'inverse : la tristesse, la perte de l'estime de soi, le sentiment de faute, l'absence de plaisir sont les manifestations mentales d'un problème physique.

Et si ce n'était ni vraiment l'un ni vraiment l'autre et qu'il n'y avait pas de différence entre la vision occidentale et cette vision asiatique, mais une tension de complémentarité paradoxale créatrice d'une nouvelle vision permettant d'appréhender la santé à un niveau décalé plus apte à solutionner la pathologie en s'appuyant sur des paradigmes libres.

Les symptômes émotionnels et physiques sont simplement deux aspects d'un déséquilibre dans la circulation de l'énergie, le "Qi".

Le "Qi" ou "Chi" est une énergie régulatrice sous-jacente qui affecte à la fois le physique et le mental. Et il y a trois façons d'influencer le "Qi" : la méditation qui le régénère, la nutrition et les herbes médicinales et, la plus directe, l'acupuncture .

 

084