IMG_4499

     L'homme religieux est un chercheur qui nécessairement rencontre à un détour de son chemin une autre dimension de conscience que celle habituellemnt dépêchée dans la vie courante .

D'abord rompre avec le monde social conformiste, pour être dans le retour à soi. Puis s'extraire ensuite de cette réalité égocentrique pour aborder le"tout autre", "l'englobant" .

Passer dans cette autre dimension nécessite le lâcher prise, l'ouverture à ce qui est, et l'acceptation de l'incompréhensible .

Nous avons deux intelligences, une raisonnable et raisonnante, une autre intuitive. Il n'est pas possible de parler du religieux avec la seule maîtrise technique .

Or, l'être humain a envie d'aller voir de l'autre côté du décor, et ce désir, cette mutation envisagée, est nécessaire pour sa propre édification. Il y va de ce pourquoi il est sur terre. Il y va de sa naissance et de sa mort. L'appel est impérieux, souverain ; il happe inexorablement celui qui va .

D'abord, ne pas tout mélanger. Discriminer, activer son jugement critique, apprendre la juste définition, fondamentaliser le travail conceptuel. Avoir le goût du mot juste. L'expérience de la pensée doit se situer sous l'égide de l'éloignement du jugement dans un premier temps, et de l'intérêt porté à la sagesse, au savoir et à la paix dans un second temps. Seule une personne réellement "présente" peut circonscrire le jugement .

L'homme est dans le monde. Il doit vivre sa part existentielle, et pour celà il est important qu'une croyance, qu'un quelconque Dieu ne soit pas là. Il faut tuer les parents pour que les enfants puissent vivre .

La prudence de l'esprit scientifique est requise comme d'ailleurs la philosophie qui structure la pensée en mettant en place une " statique " qui n'a de sens qu'au service de l'homme de raison et pour un problème spécifique .

C'est dans ce contexte, dans le contact avec l'environnement, que l'homme peut développer sa " dynamique ", son aspiration à se dépasser, à percevoir plus finement ce qui émerge à sa rencontre, à faire l'expérience d'autre chose que lui tout autour de lui, quelque chose de transcendant. C'est là qu'il ressent bien plus que sa part humaine ; il atteint sa part d'au-delà de lui-même .

La meilleure manière pour l'homme de se situer à ce niveau d'au-delà de lui-même est de ne pas y être. L'homme est présent car il est invisiblement présent. Il y a Mystère .

L'homme est alors touché par la grâce, par une conviction sensible, par un fait apparemment anodin qui creuse son impact en soi et que rien n'efface, par le numineux, par quelque chose de nouveau, une vision, un rêve nocturne, ou bien "le vent qui te dit", le "Souffle". Il devient l'homme pneumatique, alors intimement relié à l'univers. Il expire, et inspire. Il est capable d'entrer dans le réel et d'en sortir, il est capable d'être dans la réalité et de la transcender.

Il est capable d'être le lien d'amour entre la terre et le ciel .

Il est capable d'être cet édifice, ce temple de Salomon, cette église, en cohérence et compassion avec ses semblables, en ascencion et contemplation vers plus grand que lui  .

L'homme devient véritablement une continuité de croissance .

 

80