DSCN0243

     N'est-ce pas dire "oui" ?

Oui au changement, à l'inconnu, à la séparation, à notre cohérence, à notre peur .

Et ce ne sont pas des choses auxquelles on s'habitue !

Un saut dans le noir, une rupture, la rencontre avec ses animaux intérieurs, une descente dans la solitude, dans la dépression, restent un saut dans le noir ...

Le risque est réel : c'est quelque chose de vital, c'est notre peau, notre raison d'être, notre normalité qui se jouent !

Une incursion de l'insensé. De ce que nous ne comprenons pas, de ce que nous ne maîtrisons pas .

Et pourtant ...  Il suffit d'un petit mot ...  d'une simple intention ...  pour changer le cours des choses ; devenir un passe-muraille, se découvrir un corps et une âme qui traversent le désespoir et le béton, contacter la mort elle-même sans mourir .

C'est sans garantie que l'on prend le risque de l'inconnu, que l'on saute dans le noir, que l'on étreint ce qui plus que n'importe quoi d'autre nous fait peur. Et c'est à ce point que l'histoire bascule, que l'on imaginait pas pouvoir prendre pied dans un vide sans filets ! Alors il y a " retournement. "

Se tenir en équilibre dans le Rien !

Découvrir alors que le Vide est matrice de tous les Enfantements , que l'Ombre est matrice de la Lumière , le Silence matrice du Verbe , le doute matrice de la Foi. Qu'il y a un monde derrière le monde, une perception derrière la perception. La tempête nous dépose sur une plage inconnue, bien au-delà de "l'alternative impossible" où naître vraiment .

Et s'il y avait une condition à tout ça : dévier de son orbite ! Entrer dans l'angle mort. Là où l'on ne voit pas .

 

47